Notre police est de retour !

Quel que soit le quartier ou la rue, nous sommes tous anxieux de l’évolution des violences.  Qui se préoccupe des riverains des rues Ambroise Paré et Sain-Vincent de Paul qui vivent tous les jours entourés d’un flot de toxicomanes dont certains peuvent être dangereux, en état de manque.  L’insécurité est là, partout !

Notre association avait obtenu, fin 2012,  de la Préfecture de Police, un effectif supplétif pour le Commissariat afin de juguler au mieux cet état d’insécurité. Il disparut deux mois après pour répondre à un autre problème d’insécurité, celui du risque d’attentat : Vigipirate. Depuis, plus rien ou si peu !!!
Après de nombreuses interventions auprès de Monsieur le Commissaire du X°, des actions auprès des Mairies de Paris et X°, nous apprenons fin 2013, que la Préfecture de Police mettra en place, dès février, une Brigade de Sécurité de Terrain (B.S.T) composée de 25 policiers aguerris, sous le commandement du Commissariat du X° ; la zone d’action de la B.S.T sera délimitée par le quadrilatère partant de Barbès, Bd de la Chapelle jusqu’à Stalingrad et rejoindra la rue La Fayette englobant les quartiers de la gare du Nord.             Nous intervenons très vite pour que cette zone s’élargisse aux quartiers de la gare de l’Est.

Cette semaine, notre association fut reçue au Commissariat pour rencontrer cette brigade et leur expliquer ce que les habitants attendent d’eux. Elle sera opérationnelle le 4 février 2014. Ils sont tous volontaires pour cette charge importante, seront à pieds et en uniforme, se déplaceront par groupe de 3 ou 4 et assureront, en priorité, de 14h00 à 22h00, la prévention de la délinquance et la sécurité des riverains et commerçants de nos quartiers Nord.                                                                                                                                                                                  Une ligne téléphonique d’urgence nous mettra en contact direct avec le Major de cette brigade.

Souhaitons que cette aide policière ne soit pas une opération politique ponctuelle, mais bien un renfort permanent pour des quartiers très exposés.